Chantier SEO : 300 articles sponsorisés “premium”

Chantier SEO : 300 articles sponsorisés “premium”

Aujourd’hui, je vais vous présenter un “chantier SEO” que j’ai réalisé en 2017 pour l’un de mes clients : la rédaction et la publication de 300 articles sponsorisés “premium”.

Quelques précisions techniques sur les articles sponsorisés

Un article sponsorisé est un texte placé sur un site web qui contient un lien pointant vers un autre site web. Du point de vue de Google, ce lien montre que le site pointé est pertinent et le moteur va lui accorder plus de visibilité dans les résultats de recherche.

Le lien présent dans un article sponsorisé améliore le référencement sur Google.

Publier un article sponsorisé est donc assez simple, néanmoins, il existe des dizaines de facteurs qui vont influer sur la “puissance” d’un lien :

  • Le site est-il spécialisé sur un sujet ou généraliste ?
  • Quel est l’ancienneté du site ?
  • Le site reçoit-il des visiteurs ?
  • Le site est-il visible dans les résultats de recherche de Google ?
  • L’article contient-il des sous-titres, des images, des vidéos ?
  • Le texte fait-il 200, 500, 1000 ou 2000 mots ?
  • etc.

Habituellement, ces articles ne sont pas destinés à être lus par des humains mais ils servent simplement à transmettre du “jus pour Google”.

Présentation du client

Le client est un directeur marketing qui m’a contacté après avoir lu quelques articles sur mon blog (c’est tout l’intérêt d’un blog). Étant donné que je suis discret sur l’identité de mes clients, j’illustrerai cet article en prétendant qu’il s’agit d’un vendeur de matériel pour voiture de luxe (ce qui permettra d’illustrer cet article avec une image qui attire l’attention) 😉

Vroum vroum

L’une des particularités de cette entreprise, c’est qu’elle ne vend pas elle-même ses produits aux clients finaux, ce sont des magasins indépendants qui vendent les produits (en dépôt-vente). Le directeur marketing s’intéressait au SEO car il a remarqué que lorsque des articles au sujet des produits de sa marque sont présents dans les résultats de recherche de Google alors les ventes de ses produits augmentent dans les magasins indépendants.

Son but n’est pas donc pas de drainer du trafic sur le site de son entreprise mais plutôt de rendre sa marque visible sur le web.

La demande du client

Pour assurer sa visibilité sur le web, l’entreprise dispose d’un site vitrine de la marque et de 5 sites satellites qui ciblent chacun un des mots-clés stratégiques de son domaine.

Il souhaitait booster la visibilité de ses sites en publiant 100 articles sponsorisés pour le site principal, ainsi que 40 autres pour chaque site satellite, soit un total de 300 articles.

Une grande exigence de qualité

La grosse particularité de ce client c’est qu’il avait une grande exigence au niveau de la qualité des articles sponsorisés. Habituellement les clients n’accordent pas d’importance sur la qualité rédactionnelle des textes, ce qui les intéresse surtout c’est de savoir si le lien contenu transmettra bien du “jus Google”.

Ce client avait un point de vue complètement différent : ce qu’il voulait surtout c’est qu’en lisant un article, un internaute soit convaincu par la qualité du matériel de sa marque et qu’il aille l’acheter en magasin. Il était donc indispensable que les articles soient de bonne qualité pour convaincre les lecteurs.

Cela implique beaucoup de travail par rapport à un article habituel car il fallait :

  • Travailler un discours commercial convaincant.
  • Briefer précisément les rédacteurs sur les caractéristiques des produits.
  • Faire relire et corriger chaque texte pour qu’il soit agréable à lire.
  • Intégrer des photos de très bonne qualité ainsi que des vidéos pour illustrer ces articles.

Tout ceci a évidemment un coût que le client était prêt à payer car il considérait qu’il s’agissait d’un investissement à long terme.

Uniquement sur des blogs spécialisés

Ce client avait une autre exigence bien particulière : il voulait que les articles soient publiés uniquement sur des sites correspondant parfaitement à sa thématique. Il était donc hors de question de placer ses articles sur des blogs généralistes. “Je ne vois pas ce que ferait l’un de mes articles coincé entre un article pour un aspirateur et un article pour du crédit immobilier…”

C’est pas faux.

Mais les idéaux se fracassent souvent sur le mur de la réalité : il n’existait pas 100 blogs dédiés à la mécanique sur lesquels il était possible de publier ce type d’articles tout en respectant le budget… En cherchant bien nous avons fini par en dénicher une soixantaine qui correspondaient.

Pour les 40 restants, nous ne nous sommes pas dégonflés : en accord avec le client, nous les avons créés nous-même, pour notre propre compte. Pour cela, nous avons :

  1. Cherché des noms de domaines expirés dont la thématique correspondait à la mécanique.
  2. Vérifié que l’historique de ces noms de domaine ne présentait pas de spam.
  3. Installé des blogs WordPress.
  4. Rédigé et publié une dizaine d’articles pour chaque blog

C’était un travail assez conséquent mais il s’agissait aussi d’un investissement pour nous car ce site permettrait aussi de : 

  • booster nos propres sites d’automobiles.
  • louer des liens homepage et vendre des articles sponsorisés pour d’autres clients sur ces blogs.

C’était gagnant-gagnant.

L’organisation globale du chantier

Le processus pour produire un article sponsorisé premium est le suivant :

  1. Commander la rédaction d’un texte.
  2. Rédiger le texte.
  3. Faire relire et corriger ce texte.
  4. Intégrer les images et la vidéo.
  5. Faire valider l’article par le client.
  6. Publier l’article.
  7. Vérifier si la publication est correcte.

De nombreux intervenants

L’air de rien, ce processus est assez complexe car la publication d’un article faisait intervenir 7 personnes différentes :

  • Une personne pour passer la commande.
  • Un rédacteur.
  • Un correcteur.
  • Une personne pour intégrer les images et la vidéo.
  • Un “validateur” chez le client.
  • Un webmaster pour publier l’article.
  • Un “vérificateur” de la publication.

Évidemment, il fallait un chef de chantier pour orchestrer tout ce petit monde.

Vu qu’il y avait 300 textes à rédiger il a fallu répartir le travail entre 12 rédacteurs, ainsi que 5 correcteurs. Tous ces personnes étaient des prestataires indépendants.

Les articles ont été publiés par les propriétaires des sites, c’est à dire une dizaine de webmasters différents. Au final, plus de 40 personnes ont participé à ce projet.

Création d’une chaîne de production

Vu qu’il était quasiment impossible de suivre manuellement la production et la publication des 300 articles, nous avons développé l’équivalent d’une “chaîne de production industrielle” sur laquelle chaque étape pourrait être comparée à un “poste de travail” individuel : 

  • Le travailleur recevait les informations nécessaires à sa tâche (par exemple un texte fraîchement rédigé).
  • Il devait les traiter (lire et corriger le texte).
  • Une fois que sa tâche était terminée, il livrait les informations (le texte corrigé).

Les informations étaient alors envoyées automatiquement au “poste de travail” suivant (intégration des images et de la vidéo). Les travailleurs recevaient une notification par mail lorsqu’une tâche était prête à être réalisée.

Chaque “poste de travail” avait une interface web simple pour la réalisation de la tâche, par exemple un éditeur de texte basique pour les rédacteurs. Cette interface permettait aux prestataires d’effectuer très facilement leur travail et de le livrer automatiquement (voir des exemples d’interfaces simplifiées sur cet article).

Le suivi des prestations par les prestataires

Chaque prestataire disposaient d’un tableau de bord personnel, ce qui leur permettait de savoir ce qu’ils avaient à faire, ce qu’ils avaient déjà fait et de facturer les prestations terminées. Ils savaient donc exactement ce qu’ils avaient à faire et quand ils devaient le faire.

Petite anecdote : cette chaîne de production a servi de base pour créer mon site Bulldoz.net. Il permet à des clients de commander facilement des textes à différents rédacteurs et aux rédacteurs de suivre facilement tous leurs clients.

Le chef de chantier pouvait suivre l’évolution globale de chaque texte sur une interface dédiée ce qui permettait de

  • Détecter les points de blocage.
  • Résoudre les problèmes (mauvaise qualité d’une livraison, retard d’un des prestataires…)
  • Payer les prestataires.

Développer cette chaîne de production et trouver les prestataires n’a pas été évident. Une fois l’ensemble en place, ça a été un vrai bonheur de voir les articles être traités parallèlement (jusqu’à 200 simultanément).

Un exemple d’automatisation : la publication des articles sur WordPress

Au début du chantier tous les articles étaient publiés manuellement ce qui était extrêmement chronophage et source de multiples erreurs (l’intégration précise des images et des vidéos n’étant pas évidente à réaliser).

Vu que WordPress offre la possibilité de publier automatiquement des articles, nous avons rapidement développé deux versions pour publier l’article sur un site :

  • Une version manuelle si le site n’était pas sur WordPress. L’article était alors envoyé par mail au webmaster pour qu’il le publie. Il fallait alors attendre que ce dernier fasse la publication. Le format des articles étant très précis, il y avait souvent des erreurs à faire corriger.
  • Une version automatisée si le site était un WordPress. L’article était alors publié instantanément et sans erreur.

Évidemment, nous préférions nettement utiliser la version automatisée 😉

A noter : pour publier automatiquement un article sur WordPress, vous pouvez utiliser l’API via le fichier “xmlrpc.php”.

Le coût du projet pour le client et le délai de livraison

Chaque article à été facturé 50 €, la prestation totale a donc été facturée 15.000 € et le travail a été livré en trois mois :

  • 1 mois pour développer la chaîne de production.
  • 2 mois pour rédiger, faire corriger et publier les 300 articles.

Cette prestation n’a pas été très rentable, étant donné que la majorité du budget a été consommée pour payer les prestataires. Mais elle nous a donné l’occasion de créer des “postes de travail” et des automatismes, qui ont été largement réexploités par la suite sur d’autres projets. A moyen terme, les outils forgés et les connaissances acquises au cours de ce chantier ont été une grosse source de bénéfices pour notre entreprise 🙂

Si vous demandez comment ce type de prestation peut-être rentabilisée alors je vous invite à lire cet article 🙂

Besoin d’un chef de chantier SEO ?

Si vous aussi vous avez un chantier SEO ambitieux et que vous ne voyez pas comment le réaliser sans exploser votre budget alors contactez-nous, nous pouvons sûrement vous aider.

Découvrez notre prestation de chef de chantier SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *